Assemblée annuelle des éleveurs de dindon du Québec 2015

Avril 2015

LONGUEUIL, le 17 avril 2015 – Environ 180 éleveurs de dindon et représentants de l’industrie avicole se sont réunis mardi à Québec dans le cadre de l’assemblée annuelle des éleveurs de dindon.

Lors de cette assemblée, plusieurs dossiers d’importance ont été abordés, dont la réglementation, le système de ventes centralisées de quota, la relève et le démarrage, la salubrité et le bien-être animal, la recherche, les dossiers nationaux dont l’allocation commerciale de dindon et le commerce international et perspectives du marché.

Marché

M. Laurent Mercier Jr, vice-président du comité des éleveurs de dindon, M. Calvin McBain, délégué du Québec aux Éleveurs de dindon du Canada (ÉDC), et M. Pierre Fréchette, directeur général des Éleveurs de volailles du Québec, ont rapporté que le secteur du dindon avait connu une autre bonne année au Québec en 2014. La production totale québécoise a augmenté de 1,5 % alors qu’elle diminuait de 0,9 % dans l’ensemble du Canada. La part de marché sur l’allocation commerciale détenue par le Québec pour la période 2014-2015 a ainsi augmenté pour une quatrième année consécutive. Elle se situe maintenant à 22,4 % du marché canadien. Cette part devrait continuer à progresser en 2015-2016, à la suite du partage des allocations de dindon de surtransformation entre les provinces de l’Est.

Ventes centralisées de quota

Deux séances de vente centralisée ont eu lieu en 2014, l’une en mars, la seconde en novembre. Le modèle retenu est un système de vente par enchère avec un plafond à la valeur du quota transigé. Le règlement prévoit actuellement quatre enchères séparées à chaque séance de vente, soit une pour le quota de dindon léger et une autre pour le quota de dindon lourd, et ce, pour chacune des zones 2 et 3.

Lors de la première séance, tenue le 28 mars 2014 dans la zone 2, 200 m2 de dindon léger et 1 900 m2 de dindon lourd ont été transigés. Lors de la séance du 14 novembre tenue dans la même zone, 524 m2 de dindon léger et 3 000 m2 de dindon lourd ont été transigés. Aucune séance de vente n’a été tenue dans la zone 3 en 2014.

À compter de 2015, le règlement sera modifié afin de ne tenir qu’une seule séance de vente annuelle. Une demande a été déposée à cet effet pour approbation auprès de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

Programme de démarrage en production de dindon

Un autre dossier important est celui de la mise sur pied d’un programme de démarrage en production de dindon. Visant à favoriser le démarrage et la pérennité de nouvelles entreprises avicoles, ce programme sera opérationnel à la fin de 2015.

Programmes de salubrité à la ferme et de soin aux troupeaux

MM. Mercier et Fréchette ont réaffirmé toute l’importance accordée au bien-être animal. Ainsi, la très grande majorité des fermes de dindon (97 %) sont maintenant certifiées pour le Programme de salubrité des aliments à la ferme (PSAF) et le Programme de soin des troupeaux (PST).

Promotion générique du dindon au Québec

M. Christian Dauth, directeur du marketing et des communications aux Éleveurs de volailles du Québec, et M. Guillaume Côté, éleveur de poulet et de dindon, administrateur aux ÉVQ et membre du comité de promotion du dindon, ont passé en revue les activités réalisées en 2014 dont la principale est la mise en service de deux remorques qui ont sillonné la province pour offrir au public un menu 100 % dindon lors d’activités sportives et de grands rassemblements et le partenariat du Dindon du Québec avec les Alouettes de Montréal.

La promotion du pilon de dindon a été au cœur de nombreuses initiatives menées par le Dindon du Québec. « Ce produit, souvent méconnu, a permis de faire découvrir au public comme aux restaurateurs une nouvelle façon de préparer et de déguster le dindon », d’affirmer M. Dauth. « Notre partenariat avec les Alouettes est une belle façon de rejoindre une nouvelle clientèle et de présenter le dindon comme une viande savoureuse, riche en protéines et faible en gras », de renchérir M. Côté.

Le pilon a été mis de l’avant dans toutes les activités sportives liées aux Alouettes, aux Capitales de Québec, aux Carabins, au Vert & Or et à de nombreux autres événements sportifs partout à travers le Québec. En 2015, la stratégie consistant à rapprocher le dindon des gens et à l’associer à des activités sportives majeures se poursuivra.

Le courtier CDL a concentré ses efforts sur la promotion des découpes fraîches chez IGA et Metro. Ils ont pris la forme d’achat d’annonces circulaires, d’espace dans des tombeaux (réfrigérateurs ouverts se retrouvant en milieu d’allées), de distribution de matériel promotionnel et de conduite de nombreuses dégustations. Rappelons que la promotion des découpes fraîches est au cœur du plan stratégique des éleveurs de dindon du Québec pour les prochaines années.

Perspective nationale

Le Québec, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ont réparti les allocations de surtransformation selon l’accord de principe convenu le 27 novembre 2013. Prenant effet à la période réglementaire 2014-2015, cet accord permet le partage suivant entre le Québec et l’Ontario : la province qui fait une demande supplémentaire de dindon dédié à la surtransformation reçoit 87,5 % de cette demande. L’autre province en reçoit 12,5 %. Il est aussi convenu que le Québec versera 9 % des volumes totaux qu’il aura ainsi obtenus au Nouveau-Brunswick. En contrepartie, le Nouveau-Brunswick contribuera au fonds de promotion du dindon des ÉVQ à hauteur de 1,76 $ par 100 kilogrammes vifs de dindon surtransformé produit au Nouveau-Brunswick.

Pour l’année 2015-2016, les transformateurs du Québec ont demandé une augmentation d’un peu plus de deux millions de kilogrammes en dindon de surtransformation. La répartition des kilogrammes demandés s’est faite selon l’accord de principe décrit précédemment. Elle représente une hausse de l’allocation de dindon de surtransformation du Québec de 11,1 %. La mise en place des mécanismes de répartition de la croissance de dindon de surtransformation aura permis au Québec de hausser sa part de marché de trois points à 29 % par rapport à l’ensemble des provinces de l’Est pour ce secteur.

Du côté des négociations commerciales, les négociations entre les pays membres du Partenariat transpacifique, dont le Canada fait partie, se sont poursuivies en 2014. Elles pourraient s’accélérer en 2015, augmentant ainsi les pressions exercées sur le gouvernement fédéral par les autres pays membres. Les cinq productions sous gestion de l’offre du Québec, appelées GO5, suivent de très près ce dossier.

Lors de son allocution, M. Mark Davies, président des Éleveurs de dindon du Canada, s’est félicité de l’excellente performance du marché en 2014. Les prix ont été vigoureux, les ventes en croissance et les inventaires à un niveau acceptable. Il a réitéré l’importance de respecter les mesures de bien-être animal mises en place dans le Programme de soin des troupeaux, tout en affirmant l’engagement des Éleveurs de dindon du Canada à travailler à renforcer la crédibilité du programme et à rassurer les consommateurs quant aux préoccupations liées à la gestion du bien-être animal par les éleveurs de dindon à travers le Canada. M. Davies a fait un retour sur les principales activités de promotion des ÉDC réalisées en 2014 parmi lesquelles la création et la mise en ligne de nouvelles recettes sur le site des ÉDC, des concours Facebook et la création d’un logo de provenance Dindon canadien. Il a enfin abordé le dossier du commerce international et des négociations en cours sur le Partenariat transpacifique en insistant sur le besoin de maintenir la pression sur le gouvernement fédéral.

Élections au comité des éleveurs de dindon

Lors de l’assemblée, des élections ont eu lieu pour combler les postes de représentants et substituts pour les secteurs B, D et Reproducteur.

Pour l’année 2015-2016, le comité des éleveurs de dindon se compose de :

Président : Pierre-Luc Leblanc

Secteur A : Laurent Mercier Jr / Substitut : Lise St-Georges

Secteur B: Guy Jutras (réélu) / Substitut : Sylvain Gagnon (élu)

Secteur C : Calvin McBain / Substitut : Thomas Lavallée

Secteur D : Alain Lanoie (élu) / Substitut : Jean Provost (élu)

Secteur D : Guillaume Côté (réélu) / Substitut : Michaël Boulay (réélu)

Dindon de reproduction : André Beaudet (réélu) / Substitut : Léon Gagnon (réélu)

Les Éleveurs de volailles du Québec totalisent 817 éleveurs de poulet et de dindon. En 2014, ils comptaient 136 éleveurs de dindon québécois qui ont généré des revenus à la ferme de 80 millions de dollars par année et qui ont produit environ 22,4 % de la production canadienne.

-30-

Information : Marylène Jutras

Agente de communication

Tél. : 450 679-0540, poste 8245