Envie d’une bonne recette? Visitez nos sites

La relève avicole rayonne en région

En 2020, les EVQ ont célébré le 50e anniversaire d’existence de leur Plan conjoint. L’organisation poursuit la croissance de la filière avicole, entre autres, grâce à la mise en place du Programme d’aide à la relève.

Avec ce programme, les Éleveurs de volailles du Québec sont fiers de soutenir la relève des éleveurs de poulets en accordant un prêt de quota de 300 m2. Ce prêt permettra aux récipiendaires de s’établir de façon autonome et de pouvoir mettre en place des entreprises durables. Soutenir la relève avicole est une grande priorité pour l’organisation qui prône le maintien du modèle de ferme familiale qui caractérise le secteur et qui contribue grandement à la vitalité économique et sociale de nos régions rurales.

Les cinq récipiendaires de l’édition 2021 de ce programme sont :

 

Francis Giasson, Ferme FMG (Montérégie)

Éleveur de volailles de La Présentation, Francis Giasson est âgé de 37 ans. L’aviculteur est aujourd’hui associé avec son père, Michel Giasson, au sein de l’entreprise familiale, la Ferme FMG. La passion de la volaille est une affaire de famille chez les Giasson. Déjà les enfants de Francis et de sa conjointe Genève Nollin, Mathis et Élizabeth, âgés respectivement de 6 et 4 ans, adorent accompagner leur père dans les poulaillers, comme il le faisait lui-même à leur âge avec son père.

« Ce prêt de quotas, c’est un très beau cadeau. Ce soutien va nous aider à mieux rentabiliser la ferme et ce sera plus facile pour moi de léguer une ferme prospère à mes enfants, s’ils décident un jour de prendre la relève. » – Francis Giasson

Étienne Husereau, Ferme Husereau (Laurentides)

Éleveur de volailles d’Oka, Étienne Husereau est âgé de 30 ans. L’aviculteur, qui est aujourd’hui associé avec son père Daniel Husereau, dit ne s’être jamais vu ailleurs qu’en agriculture. Déjà à l’âge de 8 ans, il prenait part activement aux tâches de la ferme familiale. Ce prêt s’est ajouté à une autre bonne nouvelle, puisqu’Étienne et sa conjointe Samyline Sabourin Quincou sont récemment devenus parents de la petite Romy. La nouvelle génération d’aviculteurs au sein de la famille Husereau est donc en préparation!

« La nouvelle du prêt de 300 m2 de quotas est tombée pile pour nous, puisque nous venions de construire un troisième poulailler et nous avions besoin de quotas pour le remplir. C’est un bon coup de pouce! » – Étienne Husereau

Alexandre Lefebvre, Ferme avicole Serge Lefebvre (Lanaudière)

Éleveur de volailles de Saint-Félix-de-Valois, Alexandre Lefebvre est âgé de 26 ans. L’aviculteur travaille à temps plein depuis plusieurs années déjà au sein de la ferme fondée par son père Serge Lefebvre, dont il est aujourd’hui l’unique associé.

« J’aime la diversité des activités agricoles et le Programme d’aide à la relève est une très belle initiative! Nous venons de bâtir un quatrième poulailler et le prêt de 300 m2 nous aide à nous rapprocher de l’autosuffisance en quotas. Étant devenu père le 7 avril dernier, cela me fait apprécier d’autant plus ce genre d’aide qui favorisera notre rentabilité à long terme. » – Alexandre Lefebvre

Marie-Christine Parent, Ferme Dindons du Roy (Montérégie)

Éleveuse de poulets de la région de Gramby, Marie-Christine Parent est âgée de 38 ans. L’Avicultrice, également agroéconomiste, est propriétaire de la Ferme Dindons du Roy qui consacre le tiers de sa production à l’élevage de poulets. Elle a pris en 2013 la relève de la ferme familiale avec son frère Charles-Antoine, chacun possédant l’un des deux sites de l’entreprise.

« J’ai toujours aimé les animaux et nos parents nous ont appris à travailler dur : dès 5 h du matin, on était dans le champ de blé d’Inde! Ce prêt est une aide non négligeable, c’est très apprécié, car ça me permettra d’être plus autonome. » – Marie-Christine Parent

Anabel Rochefort (Charlevoix)

Éleveuse de volailles de Saint-Hilarion, Anabel Rochefort, est une véritable passionnée. L’avicultrice de 28 ans a toujours aimé soigner les animaux et travailler de ses mains à la ferme familiale. Elle détient d’ailleurs deux diplômes spécialisés en santé animale (un DEC et un baccalauréat en agronomie), en plus d’un diplôme d’instructeur en équitation Western. Elle gère également, sur sa ferme, sa propre école d’équitation. En octobre 2020, elle et son conjoint, David Duchesne, sont devenus associés au sein de l’entreprise familiale avec Pascal Rochefort, le père d’Anabel.

« Ce concours, c’est génial pour la relève avicole et je suis très reconnaissante d’avoir remporté le prêt de 300 m2 de quotas qui arrive juste à point pour nous ! » – Anabel Rochefort

Vous devez utiliser un navigateur moderne pour consulter ce site Internet. Téléchargez Microsoft Edge ou Google Chrome gratuitement.