Assemblée annuelle des éleveurs de dindon du Québec 2014

Mai 2014

LONGUEUIL, le 5 mai 2014 – Environ 220 éleveurs de dindon et représentants de l’industrie avicole se sont réunis à Québec le 15 avril pour l’assemblée annuelle des éleveurs de dindon.

Lors de cette assemblée, plusieurs dossiers d’importance ont été abordés, dont l’allocation commerciale de dindon, la politique d’allocation, l’accès aux quotas, le programme de promotion du dindon, les programmes de salubrité à la ferme et de soin des troupeaux et les négociations commerciales.

Marché

Selon M. Laurent Mercier Jr, vice-président du comité des éleveurs de dindon et délégué du Québec aux Éleveurs de dindon du Canada (ÉDC), et M. Pierre Fréchette, directeur général des Éleveurs de volailles du Québec, le secteur du dindon a connu une bonne année et plusieurs dossiers ont progressé de façon positive pour les éleveurs du Québec. Ainsi, la production québécoise, qui avait diminué de 1 % en 2012 à la suite du report d’une partie de la production de 2012 à 2013, a fait un bond de 8,6 % en 2013. Une augmentation de l’allocation de production de dindon de surtransformation a aussi contribué à cette croissance.

Ventes centralisées de quota

Les séances de vente centralisée de quotas de dindon prévues pour mars et septembre 2013 ont dû être annulées. Dans le premier cas, le nombre d’offres de vente par zone et par type de production (léger ou lourd) était insuffisant. Dans le deuxième cas, les ÉVQ faisaient face à un risque de disfonctionnement du processus basé sur l’enchère à demande tronquée. Il est ainsi devenu apparent que le système prévu devait être modifié. Un projet de règlement a donc été soumis à la Régie qui a approuvé le remplacement du principe d’une enchère à demande tronquée par celui d’une enchère avec un prix plafond. Une première vente centralisée de quotas de dindon a pu ainsi être tenue le 28 mars 2014.

Programmes de salubrité à la ferme et de soin des troupeaux

MM. Mercier et Fréchette ont réaffirmé toute l’importance accordée au bien-être animal. Ainsi, la très grande majorité (93 %) des fermes de dindons du Québec est maintenant certifiée pour le Programme de salubrité des aliments à la ferme (PSAF) et le Programme de soin des troupeaux (PST).

Promotion générique du dindon au Québec

M. Christian Dauth, directeur du marketing et des communications aux Éleveurs de volailles du Québec, et M. Guillaume Côté, éleveur de poulet et de dindon, administrateur aux ÉVQ et membre du comité de promotion du dindon, ont parlé de la campagne publicitaire 2013 du Dindon du Québec qui se déclinait en magazines, à la télévision et sur le Web. Sous le thème Plus de protéines. Moins de gras., le Dindon du Québec s’est affiché comme la viande la plus santé qui soit. Les magazines Coup de Pouce, Moi&Cie, Châtelaine et Signé M ont été mis à contribution tandis qu’à la télévision, le Dindon du Québec commanditait les émissions Signé M sur la route et Ricardo. Nos annonces se sont aussi retrouvées sur plusieurs sites Internet dont ceux de Radio-Canada, Châtelaine, Coup de Pouce et Signé M.

La promotion du pilon de dindon a été au cœur de nombreuses initiatives menées par le Dindon du Québec. « Ce produit, très souvent méconnu des consommateurs comme des restaurateurs, a été promu à maintes occasions lors de nos commandites d’activités sportives », d’affirmer M. Dauth. « Le pilon a été mis de l’avant dans toutes nos activités liées aux Capitales de Québec et au football comme nos commanditaires des Carabins et du Vert & Or de la ligue universitaire ainsi que de l’école de football de Bruno Heppell », de renchérir M. Côté. En 2014, la promotion du pilon s’accentuera autour des camions de rue de Alexis le Gourmand et de Zeste ainsi que de deux remorques des ÉVQ. Plus de 100 sorties sont prévues pour des festivals et des événements à caractère sportif.

Dans le cadre des efforts visant à accélérer le développement du marché du dindon au Québec, le courtier Clark Drouin Lefebvre (CDL) a concentré ses efforts sur la promotion des découpes génériques. En effet, la promotion des découpes fraîches est au cœur du plan stratégique des éleveurs de dindon du Québec pour les prochaines années.

Perspective nationale

Le Québec, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ont conclu un accord de principe le 27 novembre 2013 sur la répartition des allocations de surtransformation supplémentaires. Prenant effet à la période réglementaire 2014-2015, cet accord permettra au Québec et à l’Ontario de supporter le dynamisme de leurs transformateurs respectifs. Cependant, nous en suivrons de près les résultats et la capacité de maintenir une croissance stable des marchés.

Dans le dossier des prix aux éleveurs, la pleine indexation en fonction des coûts de moulée et de dindonneau a été remise en application en mai 2013. Plusieurs paramètres sont indexés deux fois par année, en mars et septembre. « Le comité des éleveurs de dindon suit de près la situation des prix et continue de revendiquer la publication d’un indice canadien des prix de gros », d’affirmer Laurent Mercier Jr.

Du côté des négociations commerciales, l’Union européenne et le Canada ont paraphé le 18 octobre un accord de principe qui constitue le résultat final des négociations engagées depuis quatre ans pour un accord de libre-échange. Ainsi, le Canada a accepté de doubler le quota de fromage européen admis sans droits tarifaires au Canada en échange d’un plus grand accès au marché européen pour les produits laitiers et pour les producteurs de bœuf canadiens.

Les ÉVQ sont fortement préoccupés par cette entente. Même si elle n’a pas de conséquence directe pour les secteurs du poulet et du dindon, le Canada n’envoie pas le signal que des concessions sur la gestion de l’offre seront impossibles lors des négociations du Partenariat transpacifique (PTP).

L’accord de principe paraphé est soumis aux gouvernements de chacune des dix provinces du Canada et de chacun des 28 pays membres de l’Union européenne en vue de sa ratification finale. Il est ainsi prévu qu’il entrera en vigueur dans plus ou moins deux ans. D’ici là, les ÉVQ, le GO5 et l’UPA investiront tous les efforts possibles afin que le gouvernement du Québec et les offices canadiens sous gestion de l’offre obtiennent du gouvernement fédéral qu’il réduise à néant les impacts négatifs de cet accord commercial et de tout autre à venir.

M. Mark Davies, président des Éleveurs de dindon du Canada, a mentionné que l’office national suivait de très près les négociations commerciales afin d’éviter que des concessions sur la gestion de l’offre ne soient accordées dans le cadre des négociations du Partenariat transpacifique et de tout accord commercial futur. M. Davies a également parlé du bien-être animal et des droits des animaux. Faisant référence aux cas de mauvais traitements d’oiseaux qui ont été filmés tout récemment dans des exploitations avicoles par des groupes d’activistes, il a invité les éleveurs à poursuivre leur bon travail et à maintenir leurs certifications pour les programmes de salubrité et de soins des troupeaux.

Élections au comité des éleveurs de dindon

Lors de l’assemblée, des élections ont eu lieu pour combler les postes de représentants et substituts pour les secteurs A, C et D.

Pour l’année 2014-2015, le comité des éleveurs de dindon se compose de :

Président : Pierre-Luc Leblanc

Secteur A : Laurent Mercier Jr (réélu) / Substitut : Lise Saint-Georges (réélue)

Secteur B: Guy Jutras / Substitut : René Gélinas

Secteur C : Calvin McBain (réélu) / Substitut : Thomas Lavallée (réélu)

Secteur D : Sylvain Choquette (élu) / Substitut : Alain Lanoie (élu)

Secteur D : Guillaume Côté / Substitut : Michaël Boulay

Dindon de reproduction : André Beaudet / Substitut : Léon Gagnon

Les Éleveurs de volailles du Québec totalisent 819 éleveurs de poulet et de dindon. En 2013, ils comptaient 136 éleveurs de dindon québécois qui ont généré des revenus à la ferme de 82 millions de dollars par année et qui ont produit environ 22,3 % de la production canadienne.

-30-

Information : Marylène Jutras

Agente de communication

Tél. : 450 679-0540, poste 8245