La réalité : une viande sans antibiotiques

Les volailles mises en marché ne contiennent aucun résidu d’antibiotique. Au Canada, les éleveurs sont en effet tenus de respecter une période de retrait rigoureuse pour garantir que les doses infimes données pendant l’élevage sont complètement éliminées avant que les volailles ne soient consommées.

Des règles très strictes encadrent l’usage des antibiotiques. Au Québec, leur utilisation doit être prescrite par un médecin vétérinaire puis, avant d’être mise en marché, la volaille est inspectée par des vétérinaires à l’abattoir pour attester de la salubrité de la viande et confirmer l’absence de résidu d’antibiotique.

Les antibiotiques, même à très petite dose, constituent un moyen sûr et efficace de prévenir les maladies et les problèmes de digestion. Cette approche préventive évite de devoir utiliser une dose curative d’antibiotique si des oiseaux tombaient malades.

Autres pages recommandées pour vous

La réalité : toutes nourries de grains

Toutes les volailles sont nourries de grains. L’alimentation conventionnelle est en effet constituée presque entièrement de grain, de sous-produits céréaliers ou encore d’extraits de canola et de soya.

En savoir plus »

La réalité : en liberté dans un poulailler

Les poulets et les dindons sont élevés en liberté dans les poulaillers. Ils peuvent se déplacer à volonté dans un poulailler où ils ont tout l’espace nécessaire pour circuler. Tout est prévu pour leur confort : le plancher est recouvert d’une litière et ils ont accès en tout temps à de la nourriture et à de l’eau fraîche.

En savoir plus »